La Chambre des représentants de Pennsylvanie a adopté en juin un projet de loi sur l’expansion des jeux d’argent qui a permis la légalisation et la réglementation des options de jeux d’argent en ligne et des sports fantastiques quotidiens, entre autres. Au cours des mois suivants, il n’a guère été question de ce qui allait se passer ensuite et du moment où l’État allait ouvrir un marché des jeux d’argent en ligne légalisé.

Le silence des législateurs sur la question s’est prolongé jusqu’en septembre, lorsqu’une question pressante de recettes fiscales locales a exigé leur attention immédiate. À la fin du mois dernier, la Cour suprême de l’État a décidé que la partie de la loi sur les jeux de 2004 (loi sur les jeux de la Pennsylvanie) qui traitait de la fiscalité des casinos était inconstitutionnelle car elle manquait d’uniformité.

Vers une réglementation plus stricte

Tout a commencé avec le Mount Airy Casino Resort, l’un des douze casinos de l’État, qui a déposé une pétition, arguant que le système d’imposition actuel favorisait les grandes salles de jeu par rapport aux petites. En premier lieu, neuf des établissements de jeu de Pennsylvanie sont tenus de verser un minimum de 10 millions de dollars de recettes fiscales aux municipalités d’accueil. Le SugarHouse Casino de Philadelphie et deux casinos plus petits situés dans d’autres parties de l’État en sont exemptés.

Le dernier rapport financier du Pennsylvania Gaming Control Board a montré que le manque d’uniformité dans la taxation leur a coûté 48,5 millions de dollars pour l’exercice fiscal se terminant le 30 juin 2016.

La partie controversée de la loi de l’État sur les jeux de hasard portait également sur les taxes sur les revenus des machines à sous. À l’heure actuelle, les casinos d’État comme Lucky31 sont divisés en deux catégories : les casinos dont les recettes annuelles provenant des machines à sous dépassent 500 millions de dollars et les casinos générant moins de 500 millions de dollars. En règle générale, les grands établissements de jeu versent 2 % de leurs recettes provenant des machines à sous, sous la forme d’une taxe municipale et les plus petits ont un taux effectif plus élevé.

La Cour suprême de l’État a donné 120 jours à la législature pour trouver une solution efficace au problème, une solution qui permettrait de mettre en place un système fiscal homogène pour tous les casinos opérant à l’intérieur des frontières de la Pennsylvanie.

L’État ayant du mal à trouver des sources de revenus pour son budget 2016-17 et risquant de perdre 50 millions de dollars en recettes fiscales des casinos, le législateur a remis sur la table le projet de loi sur les jeux d’argent en ligne. Et il y a eu certains développements positifs pour la proposition d’expansion des jeux d’argent au cours de la semaine dernière.

Le mardi 25 octobre, le Sénat de l’État a approuvé une solution temporaire pour la question fiscale. Bien que la législature devait être ajournée le mercredi pour une pause le jour des élections, la Chambre des représentants s’est réunie le jeudi pour discuter et voter sur certaines questions en suspens, y compris celles liées à l’industrie du jeu de l’État.

Une approbation évolutive

La Chambre a approuvé le HB 1887 après l’avoir modifié pour apporter une solution permanente à la question de la fiscalité locale et y avoir intégré la proposition d’expansion du jeu qu’elle avait votée en juin. En d’autres termes, le HB 1887 comprend une solution au litige fiscal qui, espérons-le, apportera la paix aux exploitants de casinos, aux municipalités d’accueil et à l’État dans son ensemble, ainsi qu’un plan pour la légalisation et la réglementation des jeux et paris en ligne sur les sports fantastiques quotidiens.

Si les jeux d’argent sur Internet sont autorisés en Pennsylvanie, ils devraient rapporter 100 millions de dollars en recettes fiscales, soit le montant exact que le législateur avait promis de garantir pour le budget de l’État l’année prochaine.

La Chambre ayant voté en faveur de HB 1887, le projet de loi est maintenant entre les mains du Sénat. La législature doit se réunir à nouveau le 16 novembre pour une séance d’une journée. Bien que la proposition sur les jeux d’argent en ligne ait pris un sérieux essor au cours de la semaine dernière, les chances que la Pennsylvanie devienne le quatrième État américain à légaliser le marché des jeux d’argent en ligne avant la fin de l’année sont très minces. Les membres du Sénat ont en effet indiqué que le dernier projet de loi sur la table sera examiné lors de la session législative extraordinaire mais ne sera probablement pas voté. Si la proposition ne passe pas au Sénat, elle devra être présentée à nouveau l’année prochaine et les travaux pour son adoption devront repartir de zéro.